top of page
Rechercher

Soirée d'échanges : "Femmes sportives et voilées, quelle inclusion !"

Mercredi 6 mars, nous organisions avec la FSGT 93, la soirée d'échanges "Femmes sportives et voilées, quelle inclusion !" ; une soirée engagée dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes.


Des invité.e.s exceptionnel.le.s ont animé ces échanges, enrichissant le débat :

- Marion Ogier, avocate de la Ligue des droits de l'Homme, et des hijabeuses

- Maïmouna Haïdara, maire adjointe à l'accès aux droits et lutte contre les discriminations de la ville de Stains, avocate

- Les basketteuses des clubs de Stains et Noisy-le-Sec

- Timothée Gauthierot, conseiller municipal délégué au numérique et à l'éducation par le sport, de la ville de Noisy-le-Sec & président du club de basket de Noisy-le-Sec


Alors que les JOP 2024 prônent l'inclusion et la parité, nous sommes confrontés à des situations contraires à ces valeurs :

➡️ Le gouvernement français a interdit aux femmes des équipes de France de porter un voile.

➡️ De nombreuses fédérations françaises interdisent le port du voile dans leurs compétitions (FFF, FFBB et d’autres.)


Les clubs de basket de Seine-Saint-Denis sont pris dans des conflits répétés, car les arbitres de la FFBB interdisent aux joueuses de porter un voile. Les joueuses concernées ne comprennent pas cette nouvelle règle qui ne repose sur aucun argument de sécurité ou d'hygiène (le voile étant homologué par les fédérations internationales). Certains clubs tels que celui de Noisy-le-Sec refusent de se soumettre à cette décision, mais sont isolés.


Cette problématique, spécifique à la France (les règlements des fédérations internationales et du CIO n'interdisent pas la pratique sportive avec le voile), est incomprise à l'échelle mondiale ; l'ONU est d’ailleurs préoccupée par cette interdiction.


Marion Ogier, avocate des hijabeuses, a rappelé les luttes menées pour faire valoir leurs droits, et a souligné l'urgence d'agir : des recours ont été engagés pour contester ces décisions injustes.


En tant que tiers-lieu sportif et féministe, nous souhaitons persévérer dans ce combat pour l'égalité. Les collectifs, les actions judiciaires et le soutien des sportif.ve.s de haut niveau sont autant de leviers à notre disposition. Des alternatives existent également, notamment grâce à des fédérations sportives comme la FSGT, qui prônent une véritable accessibilité à la pratique sportive et à la compétition pour tous et toutes.


Rappelons que ces règles discriminantes ne concernent pas uniquement le sport, mais reflètent une volonté de contrôle sur le corps des femmes, en particulier celles de confession musulmane. Ensemble, continuons à défendre l'inclusion et l'égalité sur tous les terrains.

39 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page